Le chou de Pontoise et le terroir francilien

Chou_de_PontoiseLe chou de Pontoise est une ancienne variété de chou, qui s’est largement propagée et a connu une belle notoriété. Facile à identifier, ce chou superbe au cœur dense, et aux feuilles qui évoluent du mauve au violacé, revient aujourd’hui sur les tables, après une période de purgatoire.

La culture du chou à Pontoise

La culture du chou a envahi les champs de Pontoise au XIXe, pour disparaître dans les années 1980. Le développement des villes nouvelles a peu à peu absorbé les cultures environnantes. Ainsi beaucoup d’agriculteurs ont été conduits à l’expropriation dans les années 1970. Et par là même, signé l’arrêt de mort du chou de Pontoise. Mais quelques paysans irréductibles ont conservé jalousement les graines de ce chou si particulier, qu’il servit de « modèle » à un illustre peintre.

Dynamique du terroir francilien

50 ans plus tard, le chou de Pontoise est à nouveau demandé grâce à des passionnés. L’engouement récent pour les légumes anciens n’y est pas pour rien. Leur réintroduction est aussi le reflet d’une reconnaissance du « terroir francilien » malgré une urbanisation toujours plus présente. On cultivait cette variété rustique l’hiver sur la plaine de Cergy-Pontoise. On le cultive à nouveau sur ces lieux où il était produit, immortalisés par le peintre Camille Pissarro.

Des traces du chou dans la ville

La ville de Pontoise a été l’épicentre de cette culture au point qu’un quartier entier porte son nom, « le quartier du chou ». On le trouve le long de la route qui file vers Auvers-sur-Oise. La ville de Pontoise, était la capitale du Vexin français. Elle était le grenier à blé qui approvisionnait la capitale. Ainsi, elle a joué de par sa position géographique, un rôle important dans l’approvisionnement de Paris.

Un chou à la saveur douce et sucrée

Ce chou est caractérisé par un goût extrêmement doux et sucré. Il nécessite une cuisson courte. Il peut apparaître dans une multitude de recettes : choux farcis, pot au feu. Mais aussi en accompagnement d’un poisson, d’une pintade. Et même cuit au wok si on aime le manger encore croquant. Les amateurs le consomment nature, juste revenu à la poêle avec une noix de beurre. C’est un aliment aux qualités énergétiques exceptionnelles. Il est gorgé de vitamines C, E, de potassium et d’antioxydants, idéal pour garder la pêche.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.